Que dire à son enfant qui est harcelé ?

Dernière mise à jour : 29 avr. 2020


Vous venez d'apprendre que votre enfant est victime de harcèlement scolaire, ( ou si vous vous posez la question, n'hésitez pas à utiliser ce petit guide qui vous aidera à reconnaitre tous les signes du harcèlement ) et ne savez pas comment réagir. Vous avez raison de ne pas vous précipiter, car c'est un moment déterminant pour la suite.

Je vous propose quelques pistes car c'est la question la plus fréquente des parents qui me contactent la première fois.

Il est nécessaire d'avoir en tête une chose très importante : dans certains cas, un enfant harcelé à l'école s'identifie fortement aux moqueries, aux humiliations, au rôle du mauvais objet que les autres entretiennent.

Une fois chez lui, il peut ressentir le besoin de couper ce sentiment de honte intense et se conduire comme si de rien.

En parler, c'est prendre le risque d'avoir honte face aux regards de ceux qu'il aime le plus : sa famille.

Oser parler demande un courage immense et il est très important de garder cela à l'esprit.

Lui dire que vous êtes touché qu'il vous fasse confiance, lui témoigner votre admiration face à son courage, sera une première étape vers la reconstruction.

Il faut aussi comprendre que le harcèlement est une toile d'araignée dont il très difficile de s'extraire, comme englué. Les adultes sont eux-mêmes dépassés et ne savent pas comment s'y prendre..

Alors imaginons ce qu'un enfant ressent, seul et démuni !

Qu'auriez-vous fait à sa place ? Peut être avec une grande humilité pourriez-vous reconnaître auprès de lui qu'à sa place, à son âge, vous n'auriez sûrement pas eu son courage.

Un dernier point essentiel : votre enfant à peut être peur de votre réaction, de votre inquiétude, de votre colère à l'encontre du groupe qui l'intimide.

S'il vous en parle, c'est parce que quelque chose en lui, lui a fait ressentir que seul il ne peut rien faire, et que peut-être que ses parents seront mieux armés que lui.

Réagir avec trop d'émotion, trop de peur, de colère, dégressivité, lui envoie le message suivant : même mes parents ne peuvent pas m'aider. Je leur fais du mal, de la peine avec mes histoires.

Votre peur ou votre colère est parfaitement légitime. Néanmoins il est important de pouvoir l'exprimer avec beaucoup de précaution, pour ne pas le faire culpabiliser d'avoir eu besoin de vous. Cela peut le murer à nouveau dans son silence, vous laissant croire que les choses se sont arrangées. Ce qui a coup sur ne fera qu'empirer sa détresse et son isolement.

Lui dire que vous êtes de son côté, qu'il peut vous faire confiance, que vous ne ferez rien sans son accord, lui montre que vous maîtrisez la situation et n'êtes pas submergé par la situation. Rappelez-vous que la victime c'est lui, personne d'autre.

Aucun parent n'est préparé à ce type d'exercice et la souffrance de son enfant est quelque chose de terrible pour un parent.

Pensez aussi à vous offrir un espace de parole sécurisant et serein pour rester calme et constructif auprès de vote enfant.

N'hésitez pas à ajouter des éléments à ce post, afin d'aider tous ceux qui en ont besoin.

Je réponds à vos questions avec plaisir !





187 vues0 commentaire