Comment expliquer l'augmentation des cas de harcèlement au collège ?

Dernière mise à jour : 26 nov. 2020


Depuis 2011 une prise en considération du harcèlement scolaire par le gouvernement et les établissements scolaires est à noter. Pourtant il y a chaque année une augmentation des situations d'intimidations.


Les campagnes de communication se multiplient et beaucoup de méthodes se développent pour sensibiliser les élèves.


Il est alors naturel de s'interroger sur les raisons de cette augmentation.

Parmi elles, la nécessité d'être populaire et d'appartenir à un groupe de pairs coûte que coûte, les attaques libres et continuelles facilitées par les réseaux sociaux, la pression de l'adulte inquiet que son enfant n'ait pas de vie sociale, la banalisation voire la fascination des comportements violents mis en scène par la télé-réalité ou les émissions qui la commentent.


J'ajouterais qu'en dépit de ces nouvelles considérations pour ce fléau et du martelage "harcelé c'est mal" auprès des élèves ( comme s'ils ne l'avaient pas déjà compris) le harcèlement scolaire est souvent bien mal compris de tous.

Au delà de ceux qui pensent encore que tout ceci n'est qu'enfantillage ( je me demande dans quelle mesure cela les arrange tant de minimiser un phénomène qui provoque l'échec scolaire, des problèmes de santé liés à l'anxiété, un repli sur soi, la haine de soi ou encore des pensées suicidaires ) on croit souvent à tord que le harcèlement scolaire ne concerne que l'intimidateur et l'élève visé.


Pourtant il est important, voire urgent, que le plus grand nombre ait connaissance du mécanisme qui permet au harcèlement de se mettre en place.


Comme je m'applique à le démontrer lors des conférences sur le sujet, le harcèlement se fabrique dans un contexte : c'est l'addition de plusieurs facteurs qui le favorise.


Une relation dysfonctionnelle entre l'intimidateur et l'enfant visé, un groupe d'élèves qui rient et renchérissent, une équipe pédagogique qui ferme les yeux ou qui empire la situation par des tentatives de solutions qui se retournent contre l'élève visé, un cercle familial déjà en prise à des préoccupations du quotidien et qui ne voit pas que quelque chose de dramatique se passe sous leurs yeux, une culture qui mise sur la violence pour cibler le public adolescent.


Attention, je décris ici un contexte particulier qui favorise et alimente les situations de harcèlement scolaire. Vous l'aurez compris, en agissant sur un seul des facteurs cités plus haut, on peut donc modifier le contexte, et avoir une influence sur les autres.

Par exemple, un des élèves, à la popularité incontestée, peut se retourner contre l'intimidateur et faire cesser les comportements agressifs du groupe.

Bien entendu, l'élève harcelé peut aussi parvenir à retourner la situation par lui même, en retrouvant une position affirmée face à son intimidateur, même si je me dois de préciser que cela s'avère souvent difficile à faire tout seul et qu'un accompagnement peut être très aidant.


De mon point de vue, le changement doit impérativement venir des établissements scolaires. La formation des enseignants est un point fort, mais l'implication et l'engagement de toute une équipe, et du Chef d'établissement en premier lieu, aura de façon incontestable une influence constructive sur l'ensemble des élèves.


Savoir repérer un élève en détresse, comprendre le mécanisme des interactions entre adolescents, connaitre leurs préoccupations, intervenir de façon stratégique auprès des intimidateurs et respectueuse auprès de l'élève visé : tout cela est possible, et nécessite de la réflexion, du temps, de petits écueils, mais surtout de l'envie !

Elsa DILMI



245 vues0 commentaire