Faut-il en entrer en contact avec les parents du harceleur de votre enfant ?

Dernière mise à jour : 26 nov. 2020

Dans le meilleur des cas, c'est une question que les parents me posent lorsqu'ils me contactent. Mais parfois, c'est parce qu'ils regrettent de l'avoir fait qu'ils me contactent...Je vous propose qu'ensemble nous regardions quelles conséquences cela peut avoir.


Je constate que le manque de réponse de l'établissement, voire le déni pour certains, est souvent la raison pour laquelle les parents décident d'arrêter d'attendre et de prendre les devants, afin d'arranger les choses eux-mêmes.

Je comprends parfaitement cette réaction. Le bon sens nous laisse imaginer que les parents de l'autre enfant ne peuvent que comprendre la gravité de la situation, et compatir à notre sort. Une bonne mise au point ou une simple sanction suffiront à calmer le jeu.

Il est vrai que parfois, ça fonctionne ! Mais ça reste rare, même ( je dirais surtout ) quand les parents se connaissent bien.


La réalité c'est qu'un enfant qui harcèle peut être soumis à la loi du groupe, et qu'il ne trouve pas d'autres moyens d'assurer sa propre sécurité, que de harceler celui pris pour cible. La plupart du temps, il n'a rien de personnel contre ce dernier, et ne se montre pas aussi méchant avec tout le monde. Ses parents pourront donc se montrer très surpris d'apprendre cela, et auront du mal à admettre que leur enfant puisse agir ainsi.


Dans d'autres situations, celui qui harcèle peut traverser une moment difficile à la maison.

A noter que ce n'est pas nécessairement une cause du harcèlement, puisqu'il y a pas de profil type d'enfant harceleur ou harcelé.

Préoccupés par d'autres difficultés ( séparation, burn out, conflits familiaux, problèmes financiers ), ses parents n'auront pas la disponibilité nécessaire pour agir auprès de leur enfant, et préfèreront nier toute forme de violence ou de détresse de sa part, afin de s'éviter un reflet de soi difficile à reconnaitre.


Il arrive que la situation se retourne contre les parents de l'enfant pris pour cible lorsqu'ils iront raconter à l'école que "ce sont ses parents qui harcèlent notre enfant en l'accusant de choses graves, et en nous appelant chez nous ! "


Enfin, certains parents se montreront compréhensifs et prendront la mesure des faits que vous leurs relaterez. Pourtant les conséquences vont se situer à un autre niveau : vexé, en colère, ou immature, c'est l'enfant lui-même qui par esprit de vengeance ira trouver votre enfant en le taxant de "balance", soulignant qu'il n'est même pas capable de se défendre tout seul. Cela viendra renforcer la rumeur à l'origine du harcèlement, selon laquelle il est faible.

Voilà comment certains parents se sentent alors coupables de la dégradation de la situation, alors qu'ils ne cherchaient qu'à venir en aide à leur enfant.


Si votre enfant est victime de harcèlement, n'agissez jamais seul. Lorsque l'établissement n'est pas réactif ou qu'ils nie les faits, contactez aussitôt le 3020 qui pourra transmettre la situation au référent de votre académie.

Lorsque votre enfant montre des signes de détresse, comme indiqué dans ce guide, vous pouvez aussi lui permettre d'avoir un espace de parole, de soutien et de solutions concrètes au quotidien pour sortir du harcèlement.


Moi-même formée à la résolution du harcèlement, et professionnelle de l'éducation spécialisée, je peux vous aider.

Elsa DILMI

190 vues0 commentaire